Château de la Brède | LE CHÂTEAU & LE PARC
16
page,page-id-16,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-8.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.9.2,vc_responsive
 

LE CHÂTEAU & LE PARC

INFORMATION SPÉCIALE COVID-19 :

Le château est ouvert à partir du 17 juin !

Toute l’équipe est heureuse de vous accueillir à nouveau pour la découverte du château de La Brède dans des conditions sanitaires optimisées.

Prenez connaissance de toutes les mesures mises en place.

Le domaine de Montesquieu vous ouvre ses portes du mercredi au dimanche de 10h à 18h avec des départs de visites guidées du château  tout au long de la journée de 10h30 à 17h30. En raison de la crise sanitaire, ces visites sont limitées à un nombre restreint de visiteurs. Les réservations par téléphone ou par mail ne sont désormais plus possibles. Les places seront vendues sur site en fonction des disponibilités.

Prenez connaissance des horaires de visites.

Horaires : 10h à 18h, fermeture le lundi et le mardi.

À très vite !!!

05 57 95 96 25  / accueil@chateaulabrede.com

Nous continuons de vous accompagner  sur nos réseaux sociaux :

twitterfacebookinstagram

Le château de La Brède du XIe au XVIe siècle

« Je me fais une fête de vous mener à ma campagne de La Brède, où vous trouverez un château gothique à la vérité […] » (Montesquieu à l’abbé Guasco, 3 juillet 1744.)

Le château de La Brède est un bâtiment difficile à dater. Les premières mentions d’un seigneur de La Brède se mêlent à une fable relatant le duel en 1079 entre le seigneur de La Lande (ou Lalande), seigneur de La Brède, et le champion de l’armée de Navarre, Hernandes. Il devait y avoir alors à La Brède une forteresse de type château de plaine, bâtie sur une motte artificielle, réalisée par la terre issue du creusement des fossés. La construction était probablement en bois, comme l’étaient la plupart des constructions aristocratiques de l’époque romane.

En 1283, le château fut très probablement détruit suite à une attaque. Sa reconstruction date de 1285 : c’est le premier document daté mentionnant le château de La Brède. La structure du château évolue au fur et à mesure que les fossés (c’est-à-dire les douves) sont agrandis. La première enceinte de la motte romane subsiste et on entoure de fossés une grande cour carrée. Ces deux éléments sont reliés pour permettre la circulation de l’eau.

La Brède n’est pas totalement épargnée par les conflits et les conséquences de la guerre de Cent Ans. En 1419, le château est détérioré par des tirs de l’artillerie française et Jean de La Lande obtient l’autorisation de fortifier à nouveau son château. Un troisième fossé elliptique est ensuite créé et relié aux deux précédents. En 1453, Jean de Lalande, fils du précédent, part pour l’Angleterre. Ses propriétés sont confisquées par le roi de France puis le château lui est rendu dix ans après.

Le château est alors entouré d’une enceinte presque circulaire de quarante mètres de diamètre. Une succession de ponts-levis protégés par des murs percés de meurtrières permet un accès surveillé à la cour principale du château.

À la suite du mariage de l’arrière-petite-fille de Jean de La Lande, le château de La Brède devient la propriété de la famille de Penel (ou Pesnel). En 1577, les murs qui entourent les fossés sont réunis en un seul ensemble, créant ainsi un grand lac. Le château n’est plus une forteresse mais devient un château d’agrément. Il ne demeure plus que trois ponts levis. Désormais, le château possède sa forme définitive, et la structure extérieure ne variera que très peu.

Château de la Brède - © Fondation Jacqueline de Chabannes, photographe Jérémie Buchholtz.

© Fondation Jacqueline de Chabannes – Photographe : Jérémie Buchholtz.

Chateau de la Brede vue aerienne
Le château de La Brède aux XVIIe et XVIIIe siècles.

« […] le château de La Brède, que j’ai si fort embelli depuis que vous ne l’avez vu, c’est le plus beau lieu champêtre que je connaisse […] » (Montesquieu à l’abbé Guasco, 16 mars 1752)

La baronnie de La Brède entre dans la famille de Secondat avec le mariage en 1686 de Marie-Françoise de Pesnel et de Jacques de Secondat, parents de Charles-Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, dit « Montesquieu ». C’est à Jacques de Secondat que l’on attribue l’installation de certaines boiseries « à la capucine » (il s’agit de boiseries en bois peintes d’une couleur sombre) en noyer et de cheminées de pierre peintes en accord avec les dessus de porte (motifs floraux ou paysages) des salles du rez-de-chaussée. Ce serait également lui qui aurait transformé la grande salle médiévale située au premier étage en bibliothèque.

Montesquieu ne changera pas ou faiblement le château mais transformera profondément ses alentours. Les modifications qu’il entreprend ont deux raisons, d’abord pratiques, avec de grands travaux d’irrigation et d’assainissement des alentours du château afin de permettre la culture des terres. Cela consiste principalement en creusement de fossés et de rigoles pour assécher les prairies autour du château. Les aménagements du parc ont aussi des raisons esthétiques, avec la volonté de marquer de sa présence le domaine.

S’inspirant directement de l’ouvrage de Dezallier d’Argenville, publié en 1709 et qu’il achète en 1722, Montesquieu crée d’abord un jardin régulier avec parterre et bosquet, dont on peut constater l’importance qu’il avait pour lui à travers la correspondance qu’il entretenait avec le maréchal de Berwick.

Différents plans du parc ayant été découverts à la fin des années 2000, il a été possible de retrouver les jeux de perspectives voulus par Montesquieu et ainsi de restaurer en 2014 le grand « tapis vert », le bosquet et la charmille, c’est-à-dire les allées de promenades, composées de charmes, qui s’entrecroisent en plusieurs points avec des petits carrefours se succédant, pour constituer un dessin en étoile double.

En 1731, après son séjour en Angleterre, Montesquieu décide de créer un nouveau jardin à La Brède. Si le jardin régulier demeure, le jardin anglais est créé sur une autre partie du parc. La régularité a fait son temps : place à la nature laissée (ou paraissant être laissée) à son état premier, sans intervention humaine.

Il écrit à l’abbé Guasco en août 1744 pour lui parler de son château et de ses « dehors charmants, dont [il a] pris l’idée en Angleterre ». Il s’agit « d’une succession de paysages […] qui s’ouvrent sur la campagne et invitent à la regarder comme un prolongement du jardin ».

Le château de La Brède après Montesquieu : entre vie familiale et lieu culturel

« Assidue veniebat » (inscription sur la façade du château de La Brède).

Lorsque la Révolution française éclate, la famille de Secondat ne vit plus au château de La Brède : le fils de Montesquieu, Jean-Baptiste de Secondat, baron de La Brède, vit principalement dans son hôtel bordelais tandis que Denise, sa sœur cadette, vit sur la terre de Montesquieu (dans le Lot-et-Garonne) qui lui est revenue.

Charles-Louis de Secondat, petit-fils de Montesquieu, qui s’était illustré lors de la guerre d’Indépendance américaine, quitte la France pour l’Angleterre. Le château entre dans les biens confisqués à titre de biens nationaux et devant de ce fait être vendus. Cela ne se fera pas, mais l’inoccupation du lieu pendant ce temps laisse des traces et les premières années du XIXe siècle sont consacrées à faire des réparations.

En l’absence de Charles-Louis de Secondat, c’est à Joseph Cyrille de Secondat, fils de Denise de Secondat et baron de Montesquieu, qu’incombe la tâche de superviser ces travaux. Charles-Louis demande néanmoins à son cousin qu’il n’y ait « point de changements […] dans cette vieille habitation de [s]on grand-père. Sa mémoire doit être respectée dans le lieu qui lui donna naissance ». Cette volonté de figer l’héritage de Montesquieu dans l’organisation du château est respectée, et la chambre du rez-de-chaussée, où l’auteur a passé les dernières années de sa vie, ne sera pas concernée par les travaux de réaménagement du XIXe siècle.

En 1824, à la mort, sans postérité, de Charles-Louis de Secondat, Prosper de Secondat, fils de Joseph Cyrille, hérite de ses biens et du titre de baron de Montesquieu et de La Brède. Le château de La Brède devient le lieu de résidence de la famille et de nombreux travaux sont réalisés. La forme extérieure n’est pas modifiée, à cause de la présence des douves, mais l’habillage du château, sa distribution et ses aménagements intérieurs marquent à la fois l’évolution du goût vers le style néo-gothique ou troubadour de plus en plus en vogue, et celle de la manière de vivre à l’intérieur d’un château. La noblesse s’embourgeoise, ce qui a des répercussions sur les aménagements intérieurs.

On peut alors compter trois grandes phases de travaux. La première est l’œuvre de l’architecte Henri Duphot qui est à l’origine vers 1834 du crénelage de la façade principale et des fenêtres ogivales de la salle à manger, créée au XIXe siècle elle aussi.

Viennent ensuite les travaux de Gustave Allaux, dans les années 1863-1864. La façade est à nouveau remaniée avec un ajout probable de fenêtres dans sa partie haute. Dans le même temps, il est d’abord prévu de modifier le grand escalier ; celui-ci sera finalement entièrement reconstruit par Dubert.

Mais ce sont surtout les travaux dirigés par Paul Abadie, élève d’Eugène Viollet-Le-Duc, assisté par Jean Valleton, qui modifient l’organisation du château. Ils ont lieu entre 1870 et 1877, alors que Charles de Secondat, fils de Prosper, est baron de La Brède. La scission entre pièces historiques et pièces de vie se fait plus nette. Les salles d’habitation sont largement modifiées et leur distribution est modernisée par un système de couloirs jusqu’ici inexistant. La volonté de commodité touche aussi les parties réservées aux domestiques et une partie du grenier est transformée en chambres de bonnes.

La modernisation du château de La Brède ne modifie pas la volonté de préserver intacte la trace de Montesquieu. Des visiteurs demandent à se recueillir dans la chambre où Montesquieu avait passé la fin de sa vie, d’abord des sociétés savantes ou des académies locales. La Brède devient un passage obligé pour tout auteur en voyage en Gironde. Stendhal, par exemple, nous laisse une description assez précise de ce qu’il a pu voir au château de La Brède, lors de sa venue en 1838.

Peu de documents nous renseignent sur l’histoire du château au XXe siècle. Après les travaux dirigés par Paul Abadie, il apparaît que le château ne connaît plus de modifications ni dans sa structure extérieure, ni dans son organisation intérieure. Les deux conflits mondiaux du XXe siècle n’ont pas d’impacts majeurs sur le domaine de La Brède, et cela, bien que des troupes allemandes l’aient occupé lors de la Seconde Guerre mondiale.

En 1951, le château de la Brède est classé au titre des Monuments historiques et l’ensemble de son domaine le devient en 2008.

Le Château cesse d’être une résidence familiale en 2004 lorsque la comtesse Jacqueline de Chabannes, arrière-petite-fille de Charles de Secondat de Montesquieu, décède et lègue le domaine à la Fondation reconnue d’intérêt public qu’elle vient de créer. Le Château et son parc deviennent alors un lieu culturel et touristique, chacun cherchant la trace de Montesquieu à La Brède.

Chateau Brede chambre montesquieu tn1
Château de la Brède - Vue intérieure.